Chefferie du PQ : le point sur la couverture

Le choix du nouveau chef du Parti québécois fait déjà partie des plus importantes nouvelles politiques de l’année 2015.

Pierre Karl Péladeau sera couronné à moins d’un revirement de situation inattendu.

Les liens entre la politique et les médias ont été au cœur des débats de cette course à la chefferie.

Plusieurs s’inquiètent du type de couverture médiatique que PKP peut recevoir en étant actionnaire du plus important groupe de presse au Québec, soit Québecor.

Sans grande surprise, Pierre Karl Péladeau a été plus médiatisé que les autres candidats à la direction du PQ.

Si l’on analyse le simple volume de mentions (sans pondération) des aspirants chefs du PQ dans les médias du Québec, voici la part de chacun depuis le 18 octobre 2014 (date du début de la période de mise en candidature).

En gros, dans les journaux du Québec, PKP obtient le tiers des mentions et les autres candidats se partagent le reste :

Chefferie PQ
L’autre question que certains se sont posés : est-ce que les médias de Québecor couvrent trop leur ancien patron par rapport aux autres candidats ?

Comparons le volume de mentions des candidats dans Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec vs La Presse et Le Soleil (depuis le 18 octobre 2014) :

Chefferie PQ

Ainsi, PKP accapare 34 % du volume de mentions accordé aux six candidats dans La Presse et Le Soleil, et 39 % de celles du Journal de Montréal et du Journal de Québec. L’écart est peu significatif.

Certains reprocheront aux médias de Québecor de couvrir plus favorablement PKP… D’autres diront que les médias de Gesca ou Radio-Canada sont les plus critiques à l’endroit de PKP…

Qui dit vrai ? Au-delà du volume de mentions, il faut aussi s’intéresser au poids santé, soit la valeur qualitative de la médiatisation du député de St-Jérôme.

À titre de comparaison, le rassemblement de Pierre Karl Péladeau, réunissant plusieurs artistes au National, lui a valu un gain de réputation :

Il s’agit ici d’un simple exemple qui ne permet de tirer aucune conclusion. Seule une analyse plus approfondie de la couverture accordée à PKP peut confirmer ou non certaines impressions.

* Précision : Après avoir déterminé le coût publicitaire avant négociation d’une retombée de presse, mesure [d] évalue différentes variables d’analyse afin d’établir le gain ou le déficit de réputation de la retombée. Le gain ou le déficit de réputation (en dollars) d’une retombée est calculé à partir de plusieurs critères quantitatifs et qualitatifs pondérés, dont le traitement journalistique accordé au message ainsi que les aspects graphiques et visuels. Mesure [d] est au service des organisations et des marques depuis 1994.

0 commentaire(s)