Coup médiatique de la semaine : Sommet du G7

Media G7

On nous promettait une visibilité exceptionnelle pour la région de Charlevoix et La Malbaie. Le Sommet du G7, qui a monopolisé l’actualité ces derniers jours, a-t-il tenu ses promesses d’être une vitrine internationale pour les attraits du Québec ?

À travers les tensions et les coups de gueule de Donald Trump, l’intérêt d’analyser la couverture médiatique du G7 est de mesurer jusqu’à quel point Charlevoix, et aussi le Québec, ont été « en vedette ».

LA PROMESSE DE FAIRE RAYONNER CHARLEVOIX ET LE QUÉBEC DANS LES MÉDIAS INTERNATIONAUX A-T-ELLE VALU LE COUP ET… LE COÛT ?

Après tout, c’était la promesse faite aux résidents de Charlevoix et de la Ville de Québec en échange des innombrables désagréments liés aux périmètres de sécurité et aux manifestations.

Faits saillants

Du 4 au 10 juin, 82 % des retombées sur le G7 provenaient des médias de l’Amérique du Nord. Puisque le sommet se déroulait sur ce continent, ce n’est pas étonnant.

Parmi ces milliers de retombées sur le G7 :

  • 34 % ont mentionné Charlevoix ou la Malbaie (y compris une mention sur CNN qui situait Charlevoix en France…);
  • 16 % des retombées ont mentionné la Ville de Québec;
  • Moins de 1 % des retombées ont mentionné le Manoir Richelieu.

 

Du côté des chefs d’État, le président américain a dominé la couverture médiatique, suivi du premier ministre canadien, Justin Trudeau. Les médias nord-américains, ayant couvert majoritairement ce sommet, expliquent pourquoi messieurs Trump et Trudeau accaparent le trois quart des parts de voix des chefs d’État.

Maintenant, est-ce que toute cette couverture médiatique peut vraiment inciter des touristes potentiels à visiter le Québec, et notamment la région de Charlevoix ?

Rien n’est moins sûr, car le président Trump et les manifestations ont éclipsé de loin les jolis paysages du fleuve et du Manoir Richelieu…

Les principaux enjeux de couverture du G7 ont porté sur :

  1. Guerres commerciales
  2. Manifestations
  3. Changements climatiques
  4. Communiqué finale

La déclaration sur l’éducation et l’égalité des femmes n’a reçu qu’un maigre 5 % de la couverture internationale du G7.

LES MANIFESTATIONS ONT REÇU UNE VISIBILITÉ SURTOUT DANS LES MÉDIAS LOCAUX. SI LES MANIFESTANTS VOULAIENT CLAMER LEUR MESSAGE ANTIMONDIALISATION À TRAVERS LE MONDE, C’EST RATÉ !

L’Yvonne républicaine

Malgré toute cette couverture essentiellement politique, nous avons analysé deux retombées au bénéfice des attraits de Charlevoix et de La Malbaie :

  • La prise de la photo officielle des chefs d’états était diffusée en direct sur CNN le 8 juin 2018. Une majorité de variables sont positives, dont le splendide visuel du Manoir et du fleuve Saint-Laurent. Gain de réputation de 94 189 $ pour Charlevoix.

 

  • Trump impose l’ordre du jour, L’Yonne républicaine (France), 9 juin 2018. Une majorité de variables sont positives ou neutres, dont celles-ci : l’amorce, le nombre de mentions et la photo. Gain de réputation de 10 777 $ pour La Malbaie et Charlevoix.

Le G7 fait le plein sur les médias sociaux

L’organisation du G7 Canada animait aussi ses propres plateformes sur Facebook, Twitter et Instagram. Résultat ?

G7 média sociaux
Sur Instagram, l’auditoire et le taux d’engagement de 12,49 % ont bondi de façon magistrale au cours des deux dernières semaines.

Pour toute la durée du G7, la majorité des événements se déroulant à Charlevoix ont été diffusés en direct sur Facebook (arrivée des dirigeants, conférence de presse, etc.), ce qui a augmenté la portée des publications au bénéfice, notamment de La Malbaie et du Manoir Richelieu.

Sur Twitter, le G7 est passé d’un tweet par jour jusqu’à 9 tweets en moyenne dans les deux dernières semaines. Le taux d’engagement a aussi doublé. Les mots clés #G7Summit, #G7Charlevoix, Trump, Russie et #manifencours sont restés « tendance » durant les deux jours du sommet.

Les plateformes sociales de Tourisme Charlevoix ont peu misé sur le G7 pour faire la promotion de la région. Aucune publication ne parlant du G7 a été publiée, mis à part le partage d’une publication sur une microbrasserie ayant fabriqué une bière en l’honneur du sommet.

En résumé, il est clair que Charlevoix a reçu une gigantesque visibilité médiatique au cours des derniers jours. Reste à voir si toute cette couverture se traduira dans les prochains mois par une hausse des réservations de nuitées et de séjours touristiques dans la région.

Chaque semaine, Mesure Média www.mesuremedia.ca présente le gain de réputation (ou le déficit) enregistré par une marque, une organisation ou une personnalité au cours de la semaine.

Note: Après avoir tenu compte du coût publicitaire avant négociation d’une retombée de presse, nous évaluons différentes variables d’analyse afin d’établir le gain ou le déficit de réputation de la retombée. Le gain ou le déficit de réputation (en dollars) d’une retombée est calculé à partir de plusieurs critères quantitatifs et qualitatifs pondérés, dont le traitement journalistique accordé au message ainsi que les aspects graphiques et visuels.

0 commentaire(s)