La gestion transparente, selon Brandan Shanahan

Source LNH

Source LNHEn acceptant ses nouvelles fonctions de préfet de discipline de la Ligue Nationale de Hockey, l’ancien ailier gauche Brandan Shanahan s’est positionné comme un gestionnaire ouvert et transparent, qui mise sur la communication et les médias sociaux. Et ça fonctionne très bien… pour l’instant.

À titre de gérant d’estrade, je me permets de décortiquer le jeu de Shanahan…

 

1)    Bien recruter et confier un mandat clair

Très souvent critiquée pour son laxisme à propos de la violence, la LNH a fait un excellent choix en recrutant un ancien joueur qui, diraient les commentateurs en hockey, « se présentait à tous les soirs et donnait son 110 % ».

Durant 21 saisons, Shanahan a évolué au sein de cinq équipes, il a connu toutes sortes de contextes et son nom est gravé trois fois sur la Coupe Stanley. C’est un préfet de discipline « des temps modernes », doté à la fois d’une excellente crédibilité et d’un mandat clair.

Pourquoi a-t-il été choisi ? Sans doute parce que « Call me Gary » Bettman et les gouverneurs des 30 équipes de la ligue ont considéré que le hockey devait (finalement !) évoluer, au même rythme que la société. Et que la sécurité des joueurs devait avoir préséance sur tout, y compris les batailles spectaculaires et les coups vicieux…

Après avoir laissé Shanahan multiplier les suspensions au cours des dernières semaines, on est porté à croire que la LNH a l’intention (enfin !) de protéger ses joueurs… sinon, il aurait été « capsulé » dès le camp d’entraînement !

2)    Porter un titre sans équivoque

Alors que son prédécesseur Colin Campbell portait le titre de « Senior Vice President and Director of Hockey Operations », Shanahan porte celui de « Senior Vice President of Player Safety and Hockey Operations”. Ce titre n’a pas été choisi au hasard…

Dans toute organisation, titre et mandat vont de pair pour que les choses soient claires !

3)    Faire sa marque… rapidement

Même si Brandan Shanahan évolue dans un secteur très médiatisé, il a adopté un principe de gestion qui s’applique dans différents contextes : tout gestionnaire qui entre dans de nouvelles fonctions se doit de faire sa marque – rapidement, et pour les bonnes raisons.

En effet, il est important d’envoyer rapidement un message clair. Un seul, mais réfléchi et approprié au contexte.

Shanahan en a envoyé un : « J’expliquerai rapidement mes décisions à toute la communauté du hockey : mes patrons, les joueurs et les amateurs ».

Et c’et ce qu’il fait… pratiquement à tous les jours !

4)    Exploiter les médias sociaux

La LNH n’a pas eu besoin d’investir des sommes faramineuses pour marquer son principal changement…

Déjà dotée d’un site captivant, très complet et continuellement mis à jour, la LNH a cependant dû modifier sa page d’accueil afin d’accorder une place de choix à Brandan Shanahan. 

Puis, une caméra, un fond perdu pour la projection du logo, une personne à tout faire (caméraman, éclairagiste, maquillage/coiffure, etc.) et hop ! Appuyée par les monteurs d’images déjà à son emploi, la LNH était prête à exploiter davantage son propre site et son rayonnement à travers les médias sociaux.

Ainsi, elle est en mesure d’informer instantanément ses publics internes (employés de la ligue et les équipes) et externes (journalistes et partisans).

Mais pourquoi quelqu’un de la LNH n’a pas encore relevé le télésouffleur ? On croirait que le grand Shanahan lit un texte placé sur le plancher !

5)    Donner l’heure juste, et…

À première vue, cette gestion ouverte et transparente est excellente : Brandan Shanahan est très présent (omniprésent, même !). Et il ne se limite pas à annoncer ses décisions : il explique chacune d’elles, images en appui.

Donner l’heure juste » est un excellent principe de gestion. Mais, ça crée de grandes attentes…

Comment sera perçu un changement de rythme de la part de Brandan Shanahan, lorsqu’il sera épuisé de rendre continuellement des comptes pour chacune de ses décisions ? D’autant plus qu’il vient en quelque sorte d’associer son éventuel successeur à cette façon de faire !

6)    … Survivre au jeu des comparaisons !

Pour l’instant, c’est « tout nouveau, tout beau ».

Mais il est facile de prévoir qu’au cours de la saison régulière et à l’approche des séries, les directeurs généraux, les analystes et les gérants d’estrade scruteront à la loupe chacune des décisions de Brandan Shanahan à propos de leurs joueurs. Et, évidemment, ils compareront… images en main !

« Pourquoi untel a-t-il eu seulement X matchs de suspension alors que, pour un geste semblable, celui-ci est davantage suspendu ? »

À bien y penser…

Bien recruter et confier un mandat clair. Porter un titre sans équivoque. Faire sa marque rapidement. Exploiter les médias sociaux. Donner l’heure juste et survivre au jeu des comparaisons : est-ce que les récentes décisions de gestion de la LNH et de Brandan Shanahan sont bien différentes de celles que vous prenez ?

Qu’en pensez-vous ?

Vous aimerez peut-être aussi

0 commentaire(s)