Le bon coup médiatique de la semaine: les lunettes de poteux !

Vous l’avez certainement observé : tous les mauvais coups médiatiques qui sont présentés dans cette chronique du vendredi ne découlent pas d’erreurs de communication… mais d’erreurs de gestion.

Et, à l’opposé, tous les bons coups médiatiques sont le fruit d’excellentes décisions de gestion.

Cette semaine, j’ai envie de vous parler d’une excellente décision de gestion : les « lunettes de poteux » de la Fondation CAA-Québec.

Un OSBL, la Fondation CAA-Québec, veut contribuer à la sécurité routière et à la protection de l’environnement relativement à l’usage de l’automobile, par la recherche, la sensibilisation et l’éducation. Active depuis 2008, la Fondation a été créée dans le but de réduire le nombre et la gravité des collisions et de sauver des vies autant par la recherche que par la sensibilisation.

Combien ?

Il y a quelques jours, la Fondation CAA-Québec a présenté ses « lunettes de poteux », soit une expérience virtuelle de conduite avec les facultés affaiblies par le cannabis. Comme « timing », impossible de trouver mieux !

Même si le communiqué a été diffusé à 5 heures, le 22 février dernier, la nouvelle se trouvait déjà dans La Presse+ ce matin-là. Cette primeur a été payante pour la marque CAA-Québec :

  • Le CAA part en tournée avec des « lunettes de poteux », La Presse+, 22 février 2018. Toutes les variables ont été positives, dont celles-ci : le titre, l’amorce, le ton, le traitement journalistique, le support vidéo, les citations et l’emplacement dans le média. Gain de réputation de 64 345 $.

Partout – tant dans les médias sociaux que traditionnels – la couverture a été favorable. Voici deux autres exemples :

  • Cannabis : CAA fait le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes, Drainville PM, 98,5 FM, 22 février 2018. Toutes les variables sont positives, dont celles-ci : la présentation du sujet, le traitement journalistique et le ton. Gain de réputation de 16 745 $.
  • Entrevue d’une porte-parole de CAA-Québec à Mario Dumont, Réseau TVA, 26 février 2018. Toutes les variables ont été positives, dont celles-ci : la présentation du sujet, le traitement journalistique, le ton, la durée de l’entrevue et le visuel. Gain de réputation de 27 146 $.
Pas moins de 70 retombées ont été répertoriées en quelques jours. La télévision a couvert abondamment cette nouvelle.

Sur les médias sociaux, ce n’est pas la publication  des « lunettes de poteux » qui a le plus attiré l’attention vers la Fondation CAA-Québec, mais bien cette publication avec des Tweets réels par des gens qui étaient sous l’effet de la drogue ! Elle a obtenu un taux d’engagement 0,63% – qui se rapproche de celui de la page de CAA-Québec (0,71%).

À noter que la Fondation CAA-Québec n’a pas publié de photos avec des « lunettes de poteux » sur Instagram – pourtant le média par excellence pour ce type de nouvelle à partager.

Une recette ?

Est-ce que le coup de circuit de la Fondation CAA-Québec était prévisible, découlant d’une recette à succès ?

Oui. Et ce, parce que les principaux ingrédients ont été réunis :

  1. Une marque solidement établie (La fondation profite de l’excellente notoriété de CAA-Québec) ;
  2. Un concept qui fait œuvre utile (une tournée de sensibilisation à la conduite sous l’effet du cannabis auprès d’étudiants de 5e secondaire) ;
  3. Des valeurs que l’organisation a su intégrer au concept ;
  4. Un nom accrocheur (qui permet de comprendre instantanément de quoi il s’agit)
  5. Une technologie à la fine pointe (ce qui a piqué la curiosité des journalistes qui ont tous voulu l’essayer !) ;
  6. Une stratégie de presse efficace conçue pour les médias traditionnels et sociaux (une porte-parole d’expérience et d’excellents messages clés) ;
  7. Le moment idéal (« timing »), alors que la population québécoise est inquiète de la légalisation prochaine du cannabis – ce que les médias ont bien décodé.

Une telle campagne devrait inciter d’autres organisations à oser… afin de se démarquer !

 

0 commentaire(s)