Analyse de presse

Le tartare en crise !

Par Caroline Roy   |   21 janvier 2014
Source : casatv.ca
Source : casatv.ca

Les spécialistes des relations publiques le répètent continuellement : on ne sait jamais quand une crise peut survenir, et ce ne sont pas uniquement les grandes organisations qui en sont victimes. Le propriétaire du restaurant Marché 27 l’a appris à ses dépens lorsque Le Journal de Montréal a titré en première page qu’un tartare « toxique » avait presque tué une cliente…

Jason Masso, propriétaire du Marché 27 sur la rue Prince-Arthur, a vécu sans doute, mercredi dernier, l’un des pires réveils de sa vie. Un quotidien de Montréal lui apprenait que sept clients avaient été empoisonnés à la bactérie E. coli après avoir mangé, en décembre, du tartare de boeuf à son restaurant.

Pire… Le journaliste rapportait qu’une femme de 32 ans a failli mourir aux soins intensifs après avoir goûté à cette viande crue contaminée ! La nouvelle s’est aussi rendu jusqu’à Québec, où le ministre de l’Agriculture et vice-Premier ministre du Québec, François Gendron, a été questionné sur le sujet.

La nouvelle a été reprise par plusieurs autres médias de grande portée à travers le Québec, notamment le 98,5 FM, TVA, CTV et RDI. Pour sa part, CBC Montréal a ouvert son bulletin de nouvelles en soirée avec cette histoire.

 

Impact négatif pour le Marché 27 et l’ensemble des restaurants

Jusqu’à quel point cette couverture négative nuit-elle au restaurant fautif ?

  • Selon notre outil d’analyse des médias en dollars, mesure-d, la une du Journal de Montréal, qui titre « Tartare toxique », a généré un déficit de réputation de – 78 000 $ pour les restaurants servant ce mets. Le déficit est bien moindre pour le Marché 27 qui n’est pas nommé sur la une (c’est à l’intérieur du quotidien que le déficit de réputation est très important pour le restaurant).
  • Le reportage de CBC, diffusé au bulletin de 18h, a généré un déficit de réputation de – 1 450 $.

Jason Masso, le proprio du Marché 27, a donné une dizaine d’entrevues aux médias pour laver sa réputation. En mode réactif, il s’est dit « bouleversé » par la situation.

Cette crise affecte non seulement le resto Marché 27, mais aussi l’ensemble des restaurateurs qui proposent du tartare sur leur menu. Qui a envie d’en manger après avoir entendu une telle nouvelle ?

 

Et maintenant…

RDI a fait appel au chef de la maison, Danny St-Pierre, pour nous expliquer comment faire un tartare sans bactéries.

C’est d’ailleurs ce que les restaurateurs devraient faire pour rassurer leur clientèle et rétablir leur image : décrire les mesures qu’ils prennent pour éviter toute contamination au E. coli dans leur cuisine.

Pour sa part, le proprio du Marché 27, qui a certainement connu un week-end difficile, aurait tout intérêt à créer un « événement de relance » de son restaurant.

Par exemple, il pourrait organiser une rencontre de presse portant sur les faits et les mythes à propos de la contamination – avec l’aide d’une ressource spécialisée indépendante –  le tout suivi d’une dégustation de… tartare de bœuf !

Sur ce, bon appétit !


Caroline Roy
Caroline Roy
Caroline Roy œuvre dans le domaine des communications depuis plus de 10 ans. D’abord journaliste, notamment au Journal de Montréal pendant quatre ans, elle a agi comme analyste principale chez un courtier en information médias, avant de se joindre à l’équipe de Mesure Média en 2013, où elle a rapidement montré sa passion et sa détermination au point d’en devenir associée et vice-présidente dès 2015.