Gain de réputation: Marguerite l’emporte sur Alexandre

La journée du jeudi 10 mai a mal débuté pour le premier ministre Philippe Couillard et sa recrue Alexandre Taillefer.

Dans un scénario qui avait certainement été imaginé, ils allaient éventuellement se retrouver côte à côte et souriants pour annoncer l’arrivée de l’ex-Dragon au Parti libéral du Québec à titre de président de la prochaine campagne électorale (ce qui a finalement eu lieu ce mardi). Mais, c’était sans tenir compte du fait que le journaliste Denis Lessard – l’un des mieux branchés en politique québécoise – ferait la une de La Presse+ avec cette primeur.

Résultat : M. Couillard était à Québec et M. Taillefer à Montréal. Ils ont confirmé séparément la nouvelle, puis le supplice s’est échelonné intensément durant deux jours. En politique, à l’ère des nouvelles continues et des médias sociaux, c’est très long, deux jours…

Gagner la journée ou… la perdre

Les stratèges politiques sont très sensibles aux différents éléments qui leur permettent, entre eux en fin de journée, d’affirmer que leur parti a gagné la journée – ou l’a perdue. Et ils sont tout aussi attentifs à ce que font leurs adversaires.

En plus des résultats des sondages, les innombrables bons et mauvais coups médiatiques qu’ils imaginent visent à créer, dans l’esprit des électeurs à conquérir, des impressions de « prétendant au gouvernement » ou… aux banquettes de l’opposition.

LE 8 MAI, MARGUERITE BLAIS A FAIT GAGNER LA CAQ. DEUX JOURS PLUS TARD, ALEXANDRE TAILLEFER A FAIT PERDRE LE PLQ.

Combien et où ?

Tant Alexandre Taillefer que Marguerite Blais ont eu droit à deux vagues de présence médiatique. Mais les résultats diffèrent passablement.
La controverse qui a découlé de l’arrivée d’Alexandre Taillefer a fait couler beaucoup d’encre et, surtout, beaucoup de salive à la radio !

Nous avons analysé trois retombées:

  • L’info à ICI RDI, 8 mai 10 h 30. Il s’agit de l’une des premières mentions du passage de Marguerite Blais à la CAQ. Toutes les variables sont positives ou neutres, dont celles-ci : la présentation du sujet, le ton, le traitement journalistique et la position dans le média. Gains de 1 168 $ pour Marguerite Blais et la CAQ.
  • Taillefer présidera la campagne du PLQ (à la une) et Taillefer épaulera Couillard pendant la campagne (à l’intérieur), La Presse+, 10 mai 2018. Une majorité de variables sont positives ou neutres, dont celles-ci : le titre, l’amorce, la mortaise et la position dans le média. Gains de 48 090 $ pour Alexandre Taillefer et 49 554 $ pour le PLQ.

  • Taillefer se défend d’être en conflit d’intérêt, Le Soleil, 11 mai 2018. Une majorité de variables sont négatives, dont celles-ci : le titre, l’amorce, la mortaise, la position dans le média et le traitement journalistique.  Déficit de -16 067 $ pour Alexandre Taillefer et de -12 539 $ pour le PLQ.

DU 9 AU 15 MAI, LES NOMS DE MARGUERITE BLAIS ET D’ALEXANDRE TAILLEFER ONT ÉTÉ MENTIONNÉS 2 925 FOIS !

Au cours des derniers jours, la CAQ a diffusé du contenu à 162 occasions sur les principaux médias sociaux; le PLQ, deux fois moins.

Alexandre Taillefer : un excellent coup… mal ficelé

En quelques jours à peine, qu’est-ce qui a changé dans l’esprit des Québécois à propos d’Alexandre Taillefer ? Il n’a pas moins de succès à son actif. Il est le même visionnaire. Et il demeure tout aussi honnête que passionné.

Avant 5 heures du matin, le 10 mai, Alexandre Taillefer a confirmé la nouvelle. Il a souhaité des commentaires respectueux, ce qui n’a pas toujours été le cas…

Véritable star dans les médias québécois, il aurait dû y rayonner durant de nombreuses heures. Et son premier message « punché » aurait dû se démarquer positivement, partout. Malheureusement pour lui, son affirmation portant sur « les positions progressistes de Philippe Couillard » aurait gagné à être formulée avec plus de nuances.

Aussi, on aurait dû lui suggérer de « nettoyer la table » dès sa première sortie. Puisque, c’était évident que les journalistes et ses nouveaux adversaires allaient lui poser plusieurs questions prévisibles…

ALEXANDRE TAILLEFER AURAIT DÛ RÉGLER, D’UN SEUL COUP, SON STATUT DE « QUEER POLITIQUE DEVENU LIBÉRAL », SES AMITIÉS DANS TOUS LES PARTIS ET SA DISTANCE AVEC SES PROPRES MÉDIAS.

Marguerite Blais : le meilleur est à venir

Ces derniers jours, Marguerite Blais a su créer deux vagues positives dans les médias : d’abord, l’annonce surprise de son passage à la CAQ (mardi le 8 mai), puis la confirmation officielle en compagnie de son nouveau chef François Legault (trois jours plus tard).

Douce, rassurante et particulièrement douée devant les caméras et les micros, Marguerite Blais remplit déjà au sein de la CAQ le même rôle-clé que les libéraux lui avaient confié : faire le plein de votes chez les aînés.

Les 55 ans et plus de toutes les villes et villages du Québec la connaissent. Il faut donc prévoir déjà qu’elle se promènera partout – dans les épluchettes, aux Cercles des fermières et Bar-B-Q des Optimistes – sans oublier les très « payantes » résidences de personnes âgées et les regroupements pour aidants naturels. Ses nouveaux collègues caquistes se colleront sur elle pour les photos et les médias locaux couvriront abondamment ses déplacements.

D’ICI AU 1ER OCTOBRE, MARGUERITE BLAIS SERA CERTAINEMENT L’UNE DES CANDIDATURES PARMI LES PLUS MÉDIATISÉES DE LA CAQ.

Et maintenant…

Les derniers jours ont confirmé, comme si c’était nécessaire, que la prochaine campagne électorale est amorcée. Ils ont aussi permis de démontrer que tout peut arriver…

0 commentaire(s)