Analyse de presse

Bons coups médiatiques : les « opérations de relations publiques » réussies

Par Pierre Gince, PRP, ARP   |   22 mars 2021

De tout temps, des journalistes et des personnalités publiques ont utilisé – et utilisent malheureusement encore – l’expression « opération de relations publiques » pour décrire ce qu’il vaudrait mieux appeler « des actions superficielles, tordues et parfois malhonnêtes ». C’est qu’il y a une énorme différence !

LES « OPÉRATIONS DE RELATIONS PUBLIQUES » SONT DES STRATÉGIES QUI RÉPONDENT À DES OBJECTIFS CLAIRS ET MESURABLES, S’ADRESSENT À DES PUBLICS PRÉCIS ET FAVORISENT LE DIALOGUE

Nous, professionnelles et professionnels en relations publiques, avons tout intérêt à mieux faire connaitre, comprendre et apprécier ce que nous faisons au quotidien. C’est une façon très efficace de « faire les RP des RP » !

Prenons deux exemples.

La protection du public, tout simplement

Trois ordres professionnels qui font conjointement une sortie publique au Québec, c’est du jamais vu. Le Collège des médecins, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec et l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec l’ont fait sous forme de cri d’alarme afin de prévenir d’autres drames comme celui survenu l’an dernier au CHSLD Herron.

Les ordres professionnels – dont la mission consiste à protéger le public – sont des organisations reconnues comme étant plutôt conservatrices dans leurs communications. Or, quelle bouffée d’air frais que cette sortie publique de mardi dernier !

Voici, entre autres, pourquoi cette « opération de relations publiques » a été réussie :

  • l’objectif était clair : démontrer que la protection du public constitue la véritable raison d’être des médecins, des infirmières et des infirmières auxiliaires – ce ne sont pas des associations professionnelles, contrairement à ce qui est très souvent perçu;
  • la stratégie d’union des forces démontre l’importance du drame humain survenu au CHSLD Herron;
  • la séquence pour informer différents publics clés – notamment des ministres du gouvernement Legault – était au point;
  • la primeur accordée à trois groupes de médias – Radio-Canada, La Presse et The Gazette – y a favorisé une couverture médiatique d’importance et fouillée, ce qui n’a pas empêché les médias concurrents de reprendre la nouvelle sous différents angles;
  • la répartition des porte-parole des trois ordres – tous bien préparés – a permis de maximiser le rayonnement médiatique du sujet parmi une multitude d’autres dans l’actualité;
  • Radio-Canada, La Presse et The Gazette se sont « appropriés » cette nouvelle, la traitant comme étant incontournable durant deux journées d’affilée.
LE CHSLD HERRON EST REVENU DANS L’ACTUALITÉ COMME UNE EXPLOSION : 580 RETOMBÉES EN DEUX JOURS !
SOURCE DU VISUEL : CISION

DE NOMBREUSES DONNÉES PERMETTENT DE MESURER LES GAINS OU LES DÉFICITS DE RÉPUTATION SOUS DIFFÉRENTS ANGLES – CE QUI EST TRÈS UTILE POUR DE NOUVELLES STRATÉGIES.

La réputation de la « marque CHSLD Herron » était le dernier des soucis des trois ordres professionnels… et ceux-ci ont énormément contribué à ce qu’elle soit écorchée au cours des derniers jours.

Voici deux exemples :

SELON MESURE MÉDIA, LA CHRONIQUEUSE ISABELLE HACHEY, DE LA PRESSE+, A GÉNÉRÉ UN GAIN DE RÉPUTATION DE +21 252 $ AU BÉNÉFICE DU RAPPORT DÉPOSÉ PAR LES TROIS ORDRES PROFESSIONNELS ET… UN DÉFICIT DE RÉPUTATION DE –172 % AU CHSLD HERRON.
SOURCE DU VISUEL : LA PRESSE+
CE REPORTAGE SUR LE SITE DE RADIO-CANADA A GÉNÉRÉ UN SCORE DE PERFORMANCE DE +103 % AU RAPPORT.
SOURCE DU VISUEL : LA PRESSE+

Le pied dans… le bénitier

Exception faite du Cardinal Gérald Cyprien Lacroix, de Québec, il est rare que les Évêques et Cardinaux québécois prennent l’initiative de s’insérer dans l’actualité afin de se positionner sur un enjeu.

Récemment, la Conférence des Évêques du Canada a mis le pied dans le bénitier… en demandant à ses fidèles d’éviter si possible les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson sous prétexte qu’ils sont conçus à partir de lignées cellulaires dérivées d’un fœtus issu de l’avortement…

Voici, entre autres, pourquoi cette « opération de relations publiques » a été ratée :

  • toutes les religions misent sur l’ouverture et la compassion. Dans ce cas-ci, la Conférence des Évêques du Canada a fermé ses portes !
  • tour à tour, les Évêques du Québec, notamment, ont pris publiquement leurs distances de cette déclaration pourtant officielle en misant sur la compassion et la solidarité;
DISTANCIATION PAR L’ÉVÊQUE DE JOLIETTE
SOURCE DU VISUEL : FACEBOOK
  • la crédibilité d’une « opération de relations publiques » repose – lorsque pertinent – sur la crédibilité d’experts. Où étaient les experts scientifiques de la Conférence des Évêques du Canada ?
  • de nombreux journalistes et commentateurs ont coupé en rondelles l’argument de 1973 sur lequel s’est appuyée la Conférence des Évêques du Canada.

À retenir :

  • Les communicateurs des organisations et des cabinets de relations publiques contribuent énormément à étoffer, à tous les jours, le contenu des médias traditionnels et sociaux, et ce, grâce à des « opérations de relations publiques » réfléchies.